( 11 août, 2013 )

Les tribulations de « Seventy Seven », un Franck pas com’y voudraient… (7ème épisode) 

Jeanne (4/10)

 

la tronche du gazier (franck77)

 

Image de prévisualisation YouTube

 

http://collectifpourleretourdefranck77.unblog.fr

 

Évitez de changer le passé et de réveiller un enchanteur qui dort !

 

Hiver 1425 : dans une forêt au Nord-Est du Royaume de France, une cohorte de Templiers faisait halte. Celui qui en avait pris le commandement s’adressa ainsi à ses hommes :

Les tribulations de « Seventy Seven », un Franck pas com’y voudraient… (7ème épisode)  dans Ha ! On est bien...

« Messires, je me suis démené auprès de son Excellence Monseigneur Cauchon afin de rétablir « officieusement » votre ordre, conscient qu’il n’est asservi qu’à Dieu, donc le plus apte à lutter contre l’hérétique et ses complices : alors sachez être digne de la confiance et des espoirs que j’ai mis en vous…

Cette halte est la dernière avant Domrémy, profitez-bien de ce repos, car vous aurez à livrer bataille comme jamais vous n’en connûtes, nobles soldats du Christ !!! »

 

Les Templiers :

 dans Les facéties de Mésygues

« Montjoie, Saint-Denis

Que trépasse si je faiblis !!! 

Dieu garde le Chevalier Jacques de Hasbeen, notre bienfaiteur !!! »

 

Jack Hasbeen savait pertinemment que ces paroles enthousiastes n’étaient que le fruit de tractations éhontée. En effet, il n’avait eu aucun scrupule à changer les paramètres du passé à son profit…

Ce cyclone inexpliqué, qui l’avait plongé depuis trois ans dans le XVème siècle avec son sous fifre Obsequis, lui avait permis d’obtenir contre toute éthique ce qui lui manquait tant dans son triste XXIème : le pouvoir et la respectabilité…

Mais il savait bien en son fort intérieur que tout cela n’était, à l’image de sa vie, qu’une immense escroquerie guidé par un esprit malade.

Le Prieur Gillequin, le moine donneur d’ordre qui s’était soustrait à la raclé de ses sujets (dont l’ex-invincible « Julius ») grâce à sa vitesse de pointe, lui avait appris que Franck 77 était arrivé depuis moins de vingt-quatre heures à Domrémy, aidé d’une créature diabolique.

Il s’était adjoint les services d’un exorciste aguerri, accrédité par la « Sainte Inquisition » :

 dans Les tribulations de

Frère Lancelin.

Celui-ci leva soudain ses yeux, atteint de cécité, en direction de la voûte céleste.

Saisi par l’angoisse, il dit, tel un prédicateur :

« En vérité je vous le dis, l’ennemi est beaucoup plus complexe que nous ne le pensons. Il viendra d’où on ne l’attend pas !!! »

 

Obséquius, agacé :

« Mon bon Maître, pourquoi avez-vous mis cette vieille relique dans nos bagages ?!?

Et puis ces Templiers : je ne vois en eux que des mercenaires mercantiles ayant renié leur fondamentaux ! S’il en était autrement, pourquoi cet ordre fut-il dissout à plus d’un siècle d’ici ? »

 

Hasbeen :

« Ne discute pas mes choix, ma stratégie te dépasse !!!

Et… »

A son tour, il regarde le ciel, puis effrayé, essaie de reprendre :

« Et… »

 

Obséquius, concentré sur Lancelin et les Templiers, attendant la suite :

« Et ?!? »

 

Hasbeen, le visage de plus en plus décomposé :

« Ha non de Dieu !!! »

 

Obsequius, ironique :

« De tels arguments ne souffrent aucune contradiction… »

Puis, regardant enfin le firmament, il décocha :

« Ho Fan de chichoune !!! »

 

En effet, une lumière surnaturelle, similaire à celle qui les avait transportés trois ans plus tôt dans ce siècle, transperça les arbres de la forêt au travers de leurs branches, puis on entendit  d’énormes bruits composés d’un mélange de fracas et de tonnerre…

 

Les Templiers posèrent chacun un genou à terre et se mirent à prier, tandis que Frère Lancelin brandit une croix en direction du ciel embrasé en vociférant :

« Satan, quitte ces lieux à l’instant : je te l’ordonne !!! »

 

« Hé-là, qu’espanouille : plus personne ne respecte donc le sommeil éternel ?!?

Décidément,  fout le camp !!!

D’où venez-vous, étranges étrangers si bruyants, et vous les autres si encombrant, arborant un blason qui ne m’est pas inconnu ?!? »

Ainsi parlait un étrange personnage, que l’atterrissage de nos amis Pineau, Jiji, X26 et 57 dans le XVème siècle venait de réveiller en fanfare…

 

Pineau, couvert de terre, de feuilles et de brindilles parlant à l’homme dont la barbe blanche était assez impressionnante :

« Excusez-nous d’arriver ainsi à brûle-pourpoint !

Ayant moi-même le réveil terriblement maussade et le phrasé fort discourtois quand on n’y met pas les formes, je m’associe avec compassion à votre indignation, Monsieur…

Monsieur ? »

 

L’homme :

« On me prête plusieurs noms, mais on m’appelle le plus souvent « Merlin l’enchanteur »… et vous ? »

 

Pineau, aussi septique qu’hilare :

« Ha, je sens on ne va pas s’ennuyer dans cette époque, heu-heu !!!

Moi, je suis « Mig Gégère »,

et mes copains c’est les « Beatles »… »

 

Jiji était coincé par une branche au sommet d’un chêne. Il essayait de se dégager en exécutant, avec ses jambes dans le vide, un mouvement de pédaler.

Pineau reprend en le désignant :

« D’ailleurs, si « Ringo Star » pouvait arrêter de faire le con cinq minutes, ça nous ferait des vacances ! »

 

Merlin, fronçant les yeux :

« Quelque chose me dit qu’il nous honorer de sa présence dans un délai relativement bref… »

 

Un craquement se fait entendre, puis on entends la « douce voix » de Jiji :

« Oui, ben, si vous tenez à vos abatis:restez pas en dessous !!! »

 

Merlin fit apparaître un lit de mousse qui amortit la chute de Jiji qui, en se relevant dit :

« Hé, les poteaux, je croyais que le facteur allait organiser un rapatriement sanitaire pour Bibi. Je le voyais style « sept colis postaux » livré à mes héritiers, mais là, force est de constater qu’il va falloir faire patienter le notaire, avant que tout ce beau monde ne se fasse de la fraîche sur ma couenne… »

Il s’adresse à Merlin :

« Votre matelas, ce s’rait-y pas de l’Epéda multispire ?

Pour le fessard,  je ne sais de plus bel agrément !!!

Faites une promo, je vous en prends un couple de dix tout de suite pour « SDF-Land », mon centre qui accueille ceux qui n’ont jamais eu la chance de connaître cette volupté qui consiste à péter dans la soie dès le plus jeune âge…

Si on fait affaire, s’rez bien urbain d’envoyer la facture à mon Fr’anckounet-chéri à Tripote-Moi-Les-Joyeuses »

 

Quelques templiers furent touchés par les paroles de Jiji, dont le Chevalier Clotaire, qui s’adressa à ses compagnons en ces termes :

« Bénit soit cet homme, car grande est sa foi !

Il nous rappelle ce nous avons renié avec le temps, qui fut pourtant notre raison d’exister : la main tendu aux plus démunis, comme nous l’avait enseigné le Christ !!! »

 

Landry, un autre chevalier, lui répondit :

« Tout cela est mort depuis le jour où les derniers représentant légitimes de notre ordre se virent excommuniés, accusés de toutes les avanies !

Les grands qui se servirent de nos prédécesseurs, jamais ne se soucièrent de la Rédemption du Christ. Ils n’avaient qu’un souci : l’argent que nous pouvions leur prêter, sauvant ainsi leurs royaumes de leur choix dispendieux !!! »

 

Clotaire :

« Nous avions fait vœu de pauvreté, même l’Église de Rome qui sonna notre glas s’en est écartée, en instituant le « commerce des indulgences ». Moult chrétiens pourraient bien créer une scission en « protestant »…

Ma foi n’en n’est que plus renforcée : l’argent qui ne profite pas aux pauvres pervertit inexorablement celui qui le détient ! »

 

X26 & 57 firent leur apparition.

X26 à 57 :

« C’est curieux chez les humains ce besoin de faire des phrases… »

 

Jack Hasbeen, contrarié, aux Templiers :

« Embarquez-moi tout ce monde-là et toute personne qui contestera mes ordres !!!

 

Merlin, le regardant avec pitié :

« Pauvre hère, es-tu Dieu pour avoir la prétention d’enfermer dans tes geôles le légendaire Merlin et ses amis ? »

 

Tandis que Lancelin dirigeait sont crucifix en direction de Merlin en marmonant des phrases en latin, le Prieur Gillequin s’adressa aux Templiers en ces termes:

« Assez tergiversé, n’écoutez pas cet antéchrist ! Un ordre on ne peut plus explicite vous été donné : qui s’y soustraira sera soumis à la question !!! »

 

La moitié des Chevaliers, Landry en tête, s’avança, soudain stoppée par l’autre moitié, dirigée par Clotaire.

Les deux camps se faisaient face, épée à la main, prêts à en découdre.

Obséquius, surpris par la tournure que prenait les événements, dit à Clotaire :

« Ne soyez-pas irresponsable, Chevalier, en vous opposant à mon Maître, vous vous opposez à Monseigneur Cauchon, vous signez donc votre arrêt de mort et celle de tous ceux qui vous suivront… Alors qu’il vous est offert « fortune et respectabilité » si vous respectez les termes du contrat !!! »

 

Le Chevalier Clotaire :

« Respectabilité ? Lorsqu’il s’agit d’occire des suppôts de Satan, on pourrait y croire… Mais quid de cette fille de 13 ans, connue à Domrémy pour sa piété, qui devait faire partie des « victimes collatérales ?!? »

 

Landry à Jack Hasbeen :

« Est-ce vrai ? »

 

Jack Hasbeen à Obséquius :

« Traitre ! C’est toi qui a cafté ?!? »

 

Obséquius :

« Que nenni, votre Grandeur !!!

Demandez plutôt à ces moines que l’on dit aussi muets que des carpes et s’avèrent aussi bavards que des pies dont ils ont adopté la discrétion… »

 

Le Prieur Gillequin aux Templiers :

« Vous n’êtes pas là pour juger les décisions prise d’en haut !

Obéissez ou soyez maudits ! »

 

Clotaire le pointant de son épée :

« Alors, maudissez-moi ! »

Puis ayant tracé une ligne du bout de sa lame sur le sol :

« Ce glaive transpercera l’injuste mais, ho grand jamais, jeune vierge : qui m’aime me suive, à la droite de Dieu… »

 

Le chevalier Landry, déçu de constater que la moitié des soldats demeuraient ralliés à Clotaire :

« Bande de rêveurs : notre ordre ne pourra être réhabilité que si nous avons l’aval des puissants. Les sentiments les plus louables hélas ne sont plus de ce temps car tout s’achète, même l’église, ne nous voilons pas la face.

Le monde se modernise.

Les Rois sans argent n’ont plus aucun pouvoir.

Le pouvoir est celui de l’argent, celui qui jadis fit notre gloire, depuis la Bretagne jusqu’en Judée !

Je choisi en conséquence, l’opportunité que me donne ce dont on nous a trop longtemps frustré : le pouvoir… »

 

Clotaire :

« C’est grand dommage… »

 

Landry et Clotaire entamèrent un duel sans merci qui se termina en affrontement général.

 

Jack Hasbeen, complètement détruit, montant sur un cheval :

« Obsequius, prends une monture et suis-moi !

Pendant que ces abrutis de foutent sur la gueule : on va essayer de sauver la baraque… »

 

Merlin prit à son tour une monture, tandis que Pineau, essayant de retenir Jiji qui voulait se mêler au conflit, s’adressa à l’enchanteur :

« Il va où le Magicien ?!? »

 

Merlin :

« Ne vous inquiétez pas, je reviens de suite… »

Gillequin et Lancelin le pointant du doigt comme pour l’exorciser, vociférant leurs formules latines, il rajouta :

« Commencent à me gonfler ces deux-là !!! »

 

Il fit un geste en leur direction

et les transforma en crapaud, concluant par :

« J’t'en foutrais de l’Antéchrist, moi, non mais… »

 

Suite au 8ème épisode « il faut sauver Jeanne », où nos amis et ennemis vont tous se retrouver !

Dans la conclusion de l’épisode précédent, Franck et Zorah n’étaient pas vraiment à plaindre…

Le calme qui précède la tempête ?

 

 

« Seventy Seven » need you :

 

http://franck77.unblog.fr/ 

 

10 Commentaires à “ Les tribulations de « Seventy Seven », un Franck pas com’y voudraient… (7ème épisode)  ” »

  1. FANETTE dit :

    Coucou JJ
    Toute cette histoire à propos de Franck commence à être longue et toujours aussi injuste.
    Il est vrai que ce Jack fut un modérateur bien pénible, j’étais allée une ou deux fois sur son blog et me serais presque arrachée les cheveux à voir ce que je lisais.
    Sur le forum, le si peu que j’allais histoire ou de poser une question ou de lire un peu les nouvelles, je suis toujours outrée par toutes ces fautes d’orthographe faites par tous ces modérateur quels qu’ils soient.
    J’estime que quand vous avez un minimum de responsabilités, le but du jeu c’est d’écrire en FRANCAIS puisque c’est ce qu’on demande aux autres.
    Il y a sûrement une chose qui pourrait  » éventuellement  » faire changer d’avis toutes ces têtes de mule, c’est que les unblogueurs aillent s’inscrire ailleurs sur une autre plate forme plus conviviale, mais je ne suis pas du tout sûre que même pour soutenir quelqu’un, ils soient prêts à cela et pourtant s’ils savaient ce qu’on est bien ailleurs :lol:
    allez bonne journée à toi qui me fais rire de bonne heure le matin
    bisous

    • Bonjour FANETTE,
      :lol: Ce « Hask’Ouille », le vrai Jack (virtuel quand même) qui m’a inspiré cette histoire, je regrette presque de lui avoir donné une importance qu’il n’aura jamais, en lui octroyant un statut charismatique de « méchant » qui « chie dans les bottes de mon poteau », ce poète paillard rebelle et insoumis…
      « L’autre » (imagine la grimace que je fais en écrivant cette désignation) n’est tout simplement qu’un de ces inutiles qui un jour quittera ce monde, aussi anonyme que meurt un synonyme !!!
      Rien ne changera, les cons demeureront des cons qui s’accrocheront à une miette de pouvoir qui ne servira que leur médiocre ego, et nous, les libres penseurs, nous continuerons à vénérer notre Maître Cyrano, qui disait :

      « Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !!! » :)

      C’est une histoire de panache, et l’inutile, lui, n’en n’eût jamais un atome… :(

      Grrrrrrrrrrrros Bisous,

      Jean-Jacques.

  2. Ah l’argent déjà à cette époque,bien vu Ringo !!,
    c’est vraiment trop désopilant l’histoire revue et corrigée par toi,
    que deviendront ces pauvres crapauds ?,
    vivement la suite l’ami !!,
    très bonne après-midi Jean-Jacques.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Avec modération

    • Salut Loïc,

      J’ai fait quelques petites allusions à ce qui devait diviser le christianisme et déboucher sur le protestantisme…
      Quant à « l’Ordre des Templiers », tout me laisse à penser qu’il a muté au travers des siècles et perduré dans la clandestinité, pour tenter de sauver ce monde en lui redonnant une conscience, ce qui fait si peur à l’église.
      Ce n’est qu’une théorie parmi tant d’autres, j’aurai le temps de développer dans d’autres épisodes… ;)

      Les crapauds, j’ai intérêt à les soigner si je ne veux pas avoir Brigitte sur le dos !!! :lol:

      Amitiés,

      Jean-Jacques.

  3. jcn54 dit :

    Les Templiers m’ont toujours fasciné !
    Bonne journée JJ.
    Amicalement.

    Dernière publication sur Jean Claude's news : Un ange parmi les anges

  4. binicaise dit :

    Quelle imagination fertile moi qui ait bien du mal à écrire trois mots…..
    Bonne journée bises Jacqueline

    Dernière publication sur Binicaise : Blog en pause pour une durée indéterminée.

    • Bonjour Jacqueline,

      Que de modestie de ta part, Ô fée des feurs, des plantes, des arbres et de la nature !!!
      J’ai lu des textes de toi qui prouvent le contraire de ce que tu dis, et JC en est témoin car nous nous étions fait la même remarque un jour où tu avais fait un commentaire qui nous avait scotché sur place…
      Tu y livrais ta pensée profonde, laissant tes doigts guidés par une âme qui se livrait… Et nous en étions emplis de joie !!!

      Merci en tout cas… :)

      Bisous,

      Jean-Jacques.

  5. emmareves dit :

    L’époque des Templiers
    est depuis longtemps terminée
    mais reste le culte de l’argent
    de plus en plus présent
    jusqu’à faire oublier
    que l’Humain n’est pas papier…

    Bonne soirée
    cordialement
    Emma

    Dernière publication sur Emmareves : SAINTS de...

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|