( 7 juillet, 2013 )

Les tribulations de « Seventy Seven », un Franck pas com’y voudraient… (6ème épisode)

Jeanne (3/10)

 

la tronche du gazier (franck77)

 

Image de prévisualisation YouTube

 

http://collectifpourleretourdefranck77.unblog.fr

 

 

De nos jours, au dessus de l’Océan Indien.

 

Les tribulations de « Seventy Seven », un Franck pas com’y voudraient… (6ème épisode)  dans Ha ! On est bien...

« Haaaaaa !!! Mais qu’est-ce que c’est que ça ?!? »

 

Ainsi s’exprimait Pineau qui se réveilla le premier, avant de retomber dans les pommes, en découvrant le visage de ses sauveurs : X26 & 57…

X26 à 57 :

« Je crois que tu as raison, fils : 

 dans Les facéties de Mésygues

le dialogue avec les autochtones ne sera possible qu’avec le camouflage permanent. »

 

X57 activa la transmutation juste avant que Jiji ne se réveille à son tour.

Celui-ci, ouvrant les yeux, s’exprima en ces termes, alors que les deux ajustaient leur tenue :

« Ho pute vierge : on est chez

 dans Les tribulations de

Al Capone et Franck Nitti !!! »

 

Pineau, de nouveau réveillé, se tenant la tête :

« Ho, Jiji, si tu savais… »

 

X57, ironique :

« Tout le mal que l’on m’a fait… »

 

Pineau, s’adressant aux extraterrestres :

« Les deux épouvantails de tout à l’heure sont avec vous ?!? »

 

Jiji :

« Allons ! Tu vas finir par vexer…

Ces Messieurs ont eu l’amabilité de nous sauver et c’est comme ça que tu les remercies ? »

 

X26 à 57 :

« Épouvantails… De qui parlait-il ? »

 

Pineau à Jiji qui se marre :

« Ne sois pas égoïste : fais-nous partager ta bonne humeur, sauf si le rire est une offense dans le monde de nos bienfaiteurs intergalactiques… »

 

X26, le visage fermé :

« Au contraire, mon coéquipier et moi-même, on est les rois de la déconne :

ça ne se voit pas ?!? » 

 

Jiji, essayant de reprendre son sérieux :

« Quand je pense que j’ai failli me faire excommunier,

quand j’étais jeune curé,

pour avoir osé poser « la » question idiote… »

 

Pineau :

« Celle où tu avais asticoté tes calotins sur le mariage des prêtres ?

Je ne vois pas quel est le rapport avec notre situation présente, quoi que j’ai appris à me méfier de tes associations d’idées à l’image de ton esprit : souvent tordues ! »

 

Jiji :

« Je te remercie pour le compliment, mais là, en l’occurrence, le rapport est on ne peut plus direct : je repense à ce jour où, m’adressant à mon supérieur,  j’ai émis l’hypothèse d’une existence extraterrestre et demandé quel serait le statut des « créatures » au sein de l’église. »

 

Pineau :

« C’était donc cela ?

Quelle en fut la réponse ? »

 

Jiji :

« Négative… Très négative….

L’évêque s’est fâché tout rouge, sa fiole avait la même couleur que l’habit d’un cardinal !

Ma hiérarchie n’ayant jamais pu envisager la chose, je me gausse quand je vois devant moi la preuve de ce qu’ils ont toujours contesté !!! »

 

Pineau :

« Ce que j’admire en toi, c’est que tu as toujours eu le courage d’être toi-même, avec tout ce que cela comporte de… »

 

Jiji l’interrompt, sourire aux lèvres :

« Je sais : de ridicule ! »

 

Pineau, levant les yeux aux ciel :

« Pauvre cloche !!!

Je voulais dire :  »de courage » !

Quoi que parfois, je me demande si ce n’est pas tout bonnement de l’inconscience… »

 

Jiji, prenant un accent légèrement corse :

« On le dit… »

 

Pineau :

« Particulièrement l’évêque dont tu as usé la patience et qui t’as confié quelques « missions suicides », depuis, dont la dernière fut d’évangéliser ces paroissiens incontrôlables, qu’il avait surnommés « les mécréants de Déconnoland » !

Comment s’appelait-il au fait, ce « grand homme par la taille » ? »

 

Jiji, fronçant les sourcils :

« Jean-Marcel Perdrigeon, une enflure de première :

tout le contraire de son vénérable ancêtre, qui avait soigné entre autres les soldats de Napoléon III, en qualité d’aumônier !!! »

 

Pineau :

« Bon sang mais c’est bien sûr, je le remets ce blase : 

le « contrecoup de l’Abbé Perdrigeon,

ce que l’on a fait de mieux après la poire « du vieux Pichegru » et la carpe farci que me faisait ma Grand-Mère étant enfant. »

 

Jiji, surpris :

« Ne me dis pas que tu buvais cette lotion pour la peau ?!? »

 

Pineau : 

« Car ne se buvait pas ?

J’aurais dû m’en douter :

le goût n’était pas commun…

Malgré tout, un sacré remède, mes boyaux s’en souviennent !!! »

 

Jiji :

« Monseigneur « Jean-Marcel », un sacré remède lui aussi, mais à la religion, en quelque sorte son contrecoup…

Je te vois tout triste ma poule : ça te chagrine tant de me voir critiquer mes ex-collègues, membres actifs des « gardiens du Saint Sépulcre de la Constipation » ?!? »

 

Pineau :

« Certes non ! Seulement je pense à Franck et je me demande bien

s’il a réussi à survivre à cette météo d’enfer ! »

 

Jiji, le regard presque mystique :

« Franck 77 est vivant, je ne sais où et quand, mais je sais qu’il est vivant !!! »

 

X57 :

« Eurêka !!!

J’ai un signal : Zorah est vivante… »

 

X26 :

« Bien ! Signaler sa disparition à son oncle qui nous l’avait confiée : je le ressentais mal…

Où et quand allons-nous la récupérer ? »

 

X57 :

« Elle a été transférée au XVème siècle après JC, mais nous avons un léger problème ! »

 

X26 :

« Si tu m’avais dit le contraire, j’aurais presque été déçu : annonce… »

 

X57 :

« Le logiciel du convecteur m’indique qu’il y a deux voyages pour quatre passagers. Deux inconnus en 1422, et un autre en compagnie de Zorah en 1425 ! »

 

Jiji et Pineau, formant à eux deux une ronde :

(Ho, l’illustrateur, t’arrêtes tes conneries,

si charmantes que soient ses formes,

je ne parlais pas de celle-là !!!)

 

(Voilà, c’est mieux…)

 

« Franck est vivant,

Franck est vivant !!! »

 

X26 à 57 :

« Tu vois où ça nous mène tes bêtises ?!? »

 

X57 :

« C’est peut-être moi qui ai confondu les manettes de la Game Boy de Zorah avec celles du poste de pilotage ?!? »

 

X26 :

« Le copilote, c’est toi, que je sache !

Si tu avais pu te concentrer sur autre chose que sur les courbes de la belle, nous n’en serions pas là…

 

X57, soupirant :

« Ha, quand leur géométrie ne relève pas de la mathématique,

 

qu’elles sont divines ces courbes !!! »

 

X26 :

« Je suis sûr que le personnage dont nous avons pulvérisé l’embarcation en même temps que nous percutions l’océan sera sensible à l’argument… »

 

Pineau :

« Car c’est à vous que nous devons tout ce boxon ?!? »

 

Jiji :

« J’espère que vous avez une bonne assurance, parce que j’en connais un (il montre Pineau) qui l’a mauvaise depuis la perte de son voilier ! »

 

 

Pineau :

« Si l’embarcation que vous avez percutée est celle de notre ami Franck 77, Dieu vous garde !!! »

 

X26 :

« Dieu, j’en fais mon affaire…

Pour les détails administratifs, nous  les réglerons plus tard.

En attendant, concentrons-nous l’objectif :

« hiver 1425 à Domrémy »… »

 

X57 :

« J’active le convecteur, attention :

ça va déménager, les amis !!! »

 

Août 1422, dans ce confessionnal de la cathédrale de Rouen où l’évêque Cauchon a accepté d’entendre Jack Hasbeen.

 

Cauchon :

« Je vous écoute mon fils… »

 

Hasbeen :

« Ce ne sont pas les forces du mal qui m’ont guidées vers votre Excellence, bien au contraire, et si vous faites grâce à cette insignifiante vie qui est mienne, je la passerai à vous prouver le contraire. Jamais serviteur, de mémoire d’homme, n’aura été le plus fervent à louer votre magnificence ! »

 

Cauchon :

« Pourquoi devrais-je te croire, sorcier ? »

 

Hasbeen :

« Mettez-moi à l’épreuve…

(Il simule une attitude mystique)

En vérité, je vous le dit :

deux souverains en discorde se présenteront à Dieu avant que l’an ne soit écoulé…

Le premier est Anglois, il ne verra pas septembre.

Le deuxième, héritier de France, ne connaîtra fin d’octobre… »

 

Cauchon :

« Tu périras le premier sur le bûcher, hérétique, rien que pour avoir proféré ces propos de lèse-majesté !!! »

 

Hasbeen :

« Vous avez tout pouvoir pour le faire…

Mais dans quelques jours, vous trouvant privé de royale protection, vous regretterez amèrement d’être passé à côté de l’opportunité que je vous offre !

Qu’avez-vous à perdre : quelques jours dans une vie ?

Je remets mon âme entre vos mains… »

 

Cauchon, intrigué :

« Ton bûcher ainsi que celui de ton complice sera préparé pour le 1er Septembre, tu auras tout loisir d’ici-là de faire acte de contrition, afin d’alléger ta conscience de pécheur. »

 

Hasbeen :

« Et s’il arrive ce que j’ai dit ? »

 

Cauchon :

« Alors, j’aviserai en toute équité… »

 

 

1425, dans la taverne d’un village proche de Domrémy.

Franck 77, Zorah, le ménestrel et ses amis faisaient bombance…

 

Isaac, le ménestrel salvateur, aussi euphorique que le reste de sa troupe, s’adressait ainsi à Duchenot, le propriétaire des lieux :

« Aubergiste, à boire ou on tue le chien !

Encore du vin de la bonne treille, qu’on pisse à foison !!! »

 

La mère Duchenot :

« Ha, ils vont être encore frais tes clients !!! »

 

Franck, aux anges, alors qu’une jeune femme venait de s’assoir sur ses genoux :

« Mais que j’aime cette époque !

Tu me parlais de mon mortel ennemi le « chevalier Jacques de Hasbeen ». Comment fut-il intégré à l’équipe de Cauchon ? »

 

Isaac : 

« Ce qu’Hasbeen avait dévolé à l’évêque se réalisa, c’est ainsi qu’il sauva sa peau et celle de son valet Obséquius.

Cauchon fut nommé « conseiller ecclésiastique » auprès du Duc de Bedford pour le compte du roi d’Angleterre, qui n’avait que quelques mois d’existence, comme l’avait annoncé Hasbeen…

Il devint ainsi le prédicateur de Cauchon qui depuis ne s’en sépara plus jamais.

A ce titre, il déclara à son nouveau Maître que des suppôts de Satan risquaient un jour de tomber des cieux comme il arriva lui-même, avec de fortes mauvaises intentions, afin de répandre le pécher mortel sur les hommes…

Quand je t’ai vu tomber du ciel avec ta charmante compagne, j’ai su que tu étais celui qu’il redoutait tant ! »

 

Franck 77 :

« Mais quel enfoiré !!!

La prochaine fois que je le rencontre : je le disperse, je le ventile, je le désentripaille, ce petit cloporte glaireux !!! »

 

 

Isaac :

« Ne t’énerve pas à outrance et profite de l’instant présent… La vie est si courte ! »

 

 

Franck 77 :

« Tu as raison l’ami, ma cuisse est accueillante, elle se plait à servir de siège à de si beaux attributs !

Avant d’aller plus loin dans la  luxure généreusement offerte, laissons libre cour sans restrictions à nos rots et nos pets en guise de préambule… »

 

Zorah, contrariée :

« Alors pour toi, dès qu’on pète et qu’on rote, la raison noyée dans moult verres de vins qui permet aux mains de s’égarer sur les rondeurs féminines : c’est là ta définition du bonheur ?!? »

 

Franck 77 :

« D’où te vient ce courroux, toi si forte et si belle ?

Je te croyais pourtant insoumise et rebelle… »

Puis à la femme qui lui caressait le lobe de ses oreilles avec la bouche :

« Ô graine d’Aphrodite arrête : tu me chatouilles !!!

Désir en berne, ne réveillons pas mortes couilles… »

 

 

Isaac, en admiration :

« Cet être-là est le poète maudit des temps nouveaux, ce messie que nous, les mécréants non inféodés, attendions depuis si longtemps !!! »

 

Zorah, attérée :

« La femme , si solide qu’elle soit, ne demeure

Que cet être de chair animé par un cœur ! »

 

Franck 77 :

« T’aurais-je déçue, non ce n’est pas possible !

Je dois te convaincre, te montrer quelle sont mes cibles »

 

Zorah :

« Ho ! Quelques femmes légères, des aventures d’un soir ?

L’ivresse te donnant quelques bonheurs dérisoires… »

 

 

Franck 77, ayant invité la jeune femme à s’éloigner et essuyant la larme qui coulait sur le visage de zorah :

« Toi, venant d’un autre monde, jouant la provoc

Je te découvre sensible, alors là, quel choc ! »

 

Zorah n’eut que pour seule réponse

un long baiser…

 

 

Nous retrouverons tous nos héros dans le 7ème épisode, où Jeanne, fille de Jacques d’Arc fera grand bruit au royaume de France, ainsi que notre ami Franck qui va régler à sa manière son contentieux personnel…

 

 

« Seventy Seven » need you :

 

http://franck77.unblog.fr/ 

 

 

 

 

 

 

8 Commentaires à “ Les tribulations de « Seventy Seven », un Franck pas com’y voudraient… (6ème épisode) ” »

  1. FANETTE dit :

    Bonjour M’sieur JJ
    Je ne sais pas ou tu vas les chercher mais alors dis donc quand tu t’y met attention hein !!!! :lol:
    rhhhhhhaaaaaaaa lalalalala continue ça fait du bien
    bon dimanche à toi et ta p’tit’ troupée
    bisous à tous

    • Bonjour FANETTE,

      Je suis déjà sur l’écriture du 7ème épisode, en parallèle avec la 39ème/E de ma saga qui fait déjà l’équivalent d’une trentaine de pages A4, alors qu’il m’en reste plus du double à rédiger !!!

      J’ai beau être en arrêt, je bosse (c’est le cas de le dire) comme un malade, tu vois…

      Grrrrrrrrrrrrrros Bisous,

      Jean-Jacques.

  2. Seventy seven,ou les Visiteurs revus et corrigés par Tim Burton,
    c’est l’impression qui vient aussitôt à moi après lecture de tes incroyables mots Jean-Jacques !!,
    salut à toi et bonne journée.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Vivre,alors

  3. Salut Loïc,

    Merci !!!

    Avoir tels compliments d’un homme de lettre (et de « l’être » ;) ) comme toi, c’est mieux que recevoir la légion d’honneur…

    Amitiés,

    Jean-Jacques.

  4. binicaise dit :

    Un moment de détente en te lisant, bonne soirée bisous Jacqueline

    Dernière publication sur Binicaise : Blog en pause pour une durée indéterminée.

  5. jcn54 dit :

    Je n’ai fait que survoler très rapidement, gaute de temps ce matin, mais je reviendrai c’est clair !
    Excellente journée JJ.
    Amicalement.

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|