( 25 février, 2011 )

Nineties : « Puisqu’il fallait bien continuer… » (12ème partie)

« Les anges déchus, les comptables et le père prodigue…« 

Chapitre 10 :

Revoir Paris…Un rêve qui devint réalité !

Nineties :

http://www.youtube.com/watch?v=NOW0kWhUKDo&NR=1

 

 dans Et mes souvenirs deviennent ce que les anciens en font.

Je regardais cette plage dont chaque centimètre carré était imprégné de l’âme et du sang de tous ces héros venus des quatre coins de la planète pour nous offrir un Monde Libre  !!!

Il fallut des années avant que le sang ne s’efface du sable. C’était une « marée rouge », souvent décrite par Maman, que cette vision avait traumatisée au même rang que les parachutistes descendant, sans vie, en flamme le 6 juin 1944…

En repensant à tout cela, je me sentais coupable de m’appitoyer sur moi-même, pauvre hère qui avait fait quoi de sa vie ? Rien encore : il me fallait la construire, ne serait-ce que pour ne pas insulter la mémoire de ceux qui avaient suffisamment cru en notre avenir pour nous donner, en sacrifice, leur vie et leur jeunesse !!!

C’est à cet instant que j’eus la conviction que la mémoire était l’élément essentiel de l’avenir, que l’ignorer serait comme retirer une perche à un athlète de haut niveau : sans elle, il ne franchirait jamais cette barre au dessus de laquelle il devait atteindre les étoiles, celles de ses objectifs, mais surtout de ses rêves…

 dans Saga familiale

Le 25 août 1944, Paris est libéré !!!

http://www.youtube.com/watch?v=olg7AXaLni4

Caen, ville où Maman était en pension, avait été libéré quelques temps avant, mais n’était plus qu’un champs de ruine.

D’après ce que l’on m’en avait dit, pour Le Havre, bombardé dès le mois de mai,  c’était encore pire !

Il fut dit que c’était le prix à payer pour gagner la guerre…

Malgré tout, on faisait la fête dans toutes les villes et villages, à chaque arrivée de G.I.

Ils avaient du chewing-gum, du chocolat, qu’ils distribuaient aux civils : enfants et femmes de préférence !

Ils avait aussi cette musique qui changeait du style bavarois que « petit caporal » avait essayé de leur imposer depuis 1940 :

http://www.youtube.com/watch?v=bR3K5uB-wMA&feature=related

Le temps des comptes et surtout des règlements de comptes était venu, parfois d’une manière assez sommaire.

Des femmes que l’on disait trop tendres avec l’occupant furent tondues…

http://www.youtube.com/watch?v=FHtjow9a9sU

Cette image me fait poser une question sur la nature humaine :

« Est-il logique que les victimes deviennent à leur tour des bourreaux ?

En se comportant tels les monstres qui nous ont asservis : ne faisons-nous pas finalement partie de leur caste immonde ?!? »

Cela réssuscitera-t-il les martyrs, comme ceux d’Oradour sur Glane ?…

http://www.youtube.com/watch?v=BxTiZuVtU5o

Pour le « Capitaine P », l’heure n’était pas aux questions, car il fallait continuer d’avancer…

Avec Kieffer, ce chef pour qui il eût donné, comme tous ses camarades, sa vie, il débarqua en Hollande avant d’envahir l’Allemagne, où « petit caporal » décida de mettre le mot « fin » à son délire démoniaque :

Dès lors, le monde pouvait repartir sur de nouvelles bases, à condition de ne point être amnésique !!!

Mais la jeunesse des années 80 semblaient être imprégnée d’un certain malaise, celui de l’époque de ses parents et grands-parents, comme décrit par Lelouche dans « Les uns et les autres » :

Un parfum de fin du monde…

http://www.youtube.com/watch?v=k_PYlcpkwtU

 

A suivre…

9 Commentaires à “ Nineties : « Puisqu’il fallait bien continuer… » (12ème partie) ” »

  1. CILOU dit :

    Professeur d’histoire et pourquoi pas!!! De quoi enchanter et captiver les élèves…J’ai eu un prof en terminale qui, lorsqu’il racontait les évènements donnait l’impression d’avoir été présent à chaque instant…nous étions toutes amoureuses de lui! Il était pourtant tout sauf sexy : cheveux longs frisés, pantalons velours « pattes d’ef », grande écharpe de laine de toutes les couleurs….mais il racontait si bien…VOilà un souvenir de plus de 20 ans que j’avais oublié! TOut cela pour dire que tu écris toujours aussi bien! A très bientôt, CIlou

    Dernière publication sur Plius : ressentir

  2. jcn54 dit :

    La libération, les réglements de compte…
    Je n’ai pas connu cette époque, mais je ne le regrette pas.
    Merci Jiji pour ce voyage à travers les ans.
    Bonne journée.
    Amicalement.

    Dernière publication sur Jean Claude's news : Un ange parmi les anges

  3. canelle49 dit :

    Bonjour JC,

    Ce que ma mère me contait de cette époque me revient, comme l’histoire est bien contée par toi et comme tu as raison de poser cette question, pourquoi de victime devenons-nous bourreaux, pouvons-nous devenir un jour tous des monstres ?

    Merci JJ de nous offrir tes écrits.

    Bisous, Helene

    Dernière publication sur air du temps : Un cri d'amour !

  4. Bonjour Cilou,

    Prof d’histoire ?!?
    Quel compliment : c’est très gentil de me comparer à un personnage aussi sympa !!!

    Aurais-je été un bon pédagogue au sein d’une structure, enfermé dans cette cage (« académique »), comme le sont les oiseaux dont le chant est si triste, car nourris et logés, mais « emprisonnés » ?

    Car ce qui me passionne dans l’histoire n’est pas « l’histoire » en tant que telle, mais la façon dont elle fut ressentie par ceux qui l’ont vécue, dans leur âme et dans leur chair.

    J’ai passé des heures, des jours, des mois, des années à écouter la vie des autres sans jamais me lasser de me repaître de leurs récits, de leurs joies, de leurs peines, de leurs regrets, souvent de leurs remords : souvent de n’avoir pas eu le bon geste, la bonne décision au bon moment… De n’avoir sû dire à un proche à quel point on l’aimait : il le devinait, mais lui dire, ça aurait mis un peu de baume dans son coeur…

    Mais si nous étions capables de faire ce qu’il fallait au bon moment : nous serions tous « Dieu » !!!

    Dieu, en parlant de ça, est-il parfait ?!?

    S’il nous a fait à son image, on sera autorisé au moins à se poser la question, parmis tant d’autres…

    Donc, prof d’histoire : l’académie m’aurait limogée assez vite : je n’entrais pas dans « le moule », trop entaché d’indépendance !

    A tel point que tout ce que je sais maintenant, ce n’est même pas l’école qui me l’a apprise…

    Ho, mais : je deviens bavard, moi !!!

    Allez : bisous,

    Jean-Jacques.

  5. Salut JC,
    Merci à toi aussi !

    Il est vrai que la Libération ne fut pas que ce déferlement de joie : il y eu aussi la haine, hélas, avec tout ce que cela comporte de débordements et d’arbitraire !
    Et je ne suis pas persuadé que ceux qui se sont livrés à cette vengeance sur cette femme dénudée, humiliée et livrée à la vindict populaire, aient été les mêmes héros qui avaient risqués leurs vie en prenant le maquis !!!
    Parmis eux : combien de résistants de la vingt-cinquième heure ?!?
    Parmis cette foule : combien avaient applaudi les allemands entrant dans Paris (pour témoignage, la photo de l’homme qui pleurait à côté duquel une femme applaudissait [8ème partie] !), et combien s’était livrés au marché noir sans se faire prendre ?!?

    C’est aussi ça l’être humain…

    Je suis content, moi aussi de ne pas avoir connu ça !

    Amitiés,

    Jean-Jacques.

  6. Bonjour Canelle,

    Je suis content que ça te plaise, car c’est fait avec le coeur et grâce à Bayelef, Cilou et toi, bien sûr !!!

    Vous êtes les trois fées qui ont sû me libérer et me permettre de m’exprimer en toute liberté et sans détours…

    C’est moi qui vous dit merci à toutes les trois !!!

    [ :P "B.C.C." : quel belle enseigne pour désigner les trois fées !!! ;) ]

    Bisous,

    Jean-Jacques.

    P.S. : La question du statut « bourreaux-victimes » sera abordé dans un prochain article…

  7. Faut-il se plaindre de la crise quand nos aïeux ont souffert de cette folle guerre,de la privation de toute sorte,quand ils donnaient parfois leur vie pour notre liberté actuelle,tout est relatif mais ça remet les choses souvent à leur place en pensant ainsi.
    La folle dictature aujourd’hui est économique,les victimes deviennent des blessées en leur moral,torturées par le roi-fou argent,où sont les résistants ?,je m’égare de ton propos Jean-Jacques,j’arrête là,
    très bon week-end à toi.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Avec modération

  8. Salut Chasseur d’images,

    Au contraire, je trouve que le propos est tout à fait dans le sujet !!!

    Je pense que la dictature est tellement sournoise qu’elle a pris effectivement une autre forme…
    Les victimes sont regroupées dans des camps, et même si ceux-là sont virtuels et qu’on les nomment « précarité », ils n’en grandissent pas plus le genre humain : il y a aussi dans cet univers les tortionnaires, les collabos et ceux qui résistent !!!

    On a changé les armes et la com, mais pas les mentalités, hélas…

    Dur sera le chemin, encore !

    Bon week-end à toi aussi,

    amitiés,

    Jean-Jacques.

  9. CILOU dit :

    ok, j’ai compris! Prof impossible! Faiseur d’histoire…possible?
    A très bientôt, CIlou

    Dernière publication sur Plius : ressentir

Fil RSS des commentaires de cet article.

Répondre à chasseurdimagesspirituelles Annuler la réponse.

|