( 1 février, 2011 )

Eighties : du fash-back comme s’il en pleuvait… (7ème partie)

« De vraies raisons de pleurer…« 

Eighties : du fash-back comme s'il en pleuvait... (7ème partie) dans Chronique du temps qui passe...

J’étais allé chercher les gamins à l’école et montais l’escalier avec le même entrain qu’un condamné à mort montant à l’échafaud, la lame de la guillotine étant la porte que j’allais franchir, c’est à dire celle de notre appartement…

Qu’y avait-il de l’autre côté ?

 dans Et mes souvenirs deviennent ce que les anciens en font.

L’antithèse de la joie de vivre et de la convivialité, pour ne pas dire : ma chère et tendre…

Cela faisait un moment que je me demandais si notre couple, encore jeune, ne terminerait pas comme dans cette chanson :

http://www.youtube.com/watch?v=89gnZ14idwM

Marianné était affalée dans le canapé, se gavant de chocolats… De mes chocolats !!!

Elle nous accueillit avec des sanglots, comme très souvent elle le faisait.

Moi :

« Sympa ! j’avais acheté ces petites gâteries pour qu’on les partage avec les gamins…

Enfin bref, allons dans la chambre : tu vas me dire ce qui ne va pas, cette fois-ci.

Et vous les gars vous pouvez regarder le

 dans Saga familiale

« Club Dorothée »

pour vous détendre un peu, mais après, on n’oublie pas de faire ses devoirs, hum ?!? »

http://www.youtube.com/watch?v=NRxyPGy9NeU&feature=related

Eux, à l’unisson, avec un petit sourire :

« Oui Jean-Jacques ! »

Moi, un air « faussement » sévère :

« Vous vous foutez de moi ?!? »

Eux, complices :

« Oui, heu… Non, Jean-Jacques ! »

C’était un petit jeu entre nous pour détendre l’atmosphère.

Je conclus avec un sourire « réellement » crispé :

« Je reviens dès que possibe, les gars… »

Eux s’en fichait comme de leur premières couches culottes, car ils avaient allumé la télé.

Marianne pleurait, pleurait et pleurait encore !

Moi, mimant l’expression d’un curé en confession :

« Je t’écoutes, parle sans crainte… »

Elle :

« Tu ne peux pas comprendre ! »

Moi :

« C’est vrai : je suis tellement con… »

Elle :

« Tu ne sais pas ce qu’est la dépression !!! »

Moi :

« Explique-moi : je serais beaucoup plus intelligent après… »

Et la fontaine des lamentations se remis à couler à flot. Elle me taxa de cynisme, ce qui n’était pas faux, mais que faire : pleurer avec elle, m’appitoyer sur ce qu’il y avait de plus négatif sur mon passé et me jeter du balcon ?!?

Non merci !!!

Moi :

« Ecoute-moi bien…

Je ne peux pas ressusciter ton frère, je ne peux pas ressusciter ton père, je ne peux pas changer ton passé… Tu prétends que les enfants sont tout pour toi, mais que fais-tu pour LEUR passé ?!?

Quand ils parleront de ce qu’ils vivent en ce moment, après avoir déjà eu un passé de merde, avec un père alcoolique irresponsable qui leur a fait plein de promesses qu’ils n’ a jamais tenues, ils se souviendront que c’est sur MON épaule qu’ils pleuraient chaque fois que ce con ne se présentait pas, alors qu’il devait les emmener en week-end !!!

Mais combien de dégâts leur aurons-nous faits, nous, les soi-disants adultes, avant qu’ils ne le deviennent eux mêmes, si tenté qu’ils y arrivent ?!? »

Marianne :

« Comment-ça : « qu’ils y arrivent » ?!? »

Moi :

« Tel que c’est barré, que ce soit avec les « mamies foldingues », leur « éthylique de père prodigue » ou toi « soeur sourire » (qui n’arrête pas d’engueuler Tanguy pour un rien, soit-dit en passant !), je ne suis pas persuadé que votre souci premier soit le bien-être des petits… Parceque, je suis loin d’être parfait, mais je ne passe pas l’essentiel de mon temps à me regader le nombril, moi !!!

Et puis, je vais te dire une bonne chose : à moins que tu ne m’invites à sortir de ta vie, le prochain ou la prochaine qui créé le moindre traumatisme aux petits : je l’expédie avec les honneurs qu’on lui doit !!! »

Je sortis de la chambre, les deux avaient l’air inquiets :

Tanguy :

« Tu ne vas pas quitter Maman ? »

Moi :

« Et merde ! Vous avez tout entendu ? »

Kévin :

« Tu parlais fort… »

Moi, après un soupir :

« Bah… Vous savez : faut pas écouter tout ce que je dis quand je suis en colère… »

Kévin :

« Si tu pars, je viens avec toi ! »

Moi, retrouvant le sourire :

« C’est gentil, mais ça n’arrivera-pas…

Bon : pendant que je prépare la cuisine, vous faites vos devoirs et si vous êtes sages je vous laisserai regarder la télé, mais pas trop tard ! »

Marianne fit l’effort de sortir de la chambre et vint me rejoindre dans la cuisine « de la réconciliation ».

Elle admit que cette situation n’était pas évidente pour moi, je lui accordai que j’avais quelques petites choses à rectifier dans mon caractère et que les mots avaient dépassés ma pensée, du moins qu’à défaut, toutes choses n’étaient pas bonne à dire…

Ouf, la soirée était sauvée !

Ce genre de scènes était légion, et plus elle se multipliaient, plus j’étais blasé, comme les mômes l’étaient déjà, hélas pour eux.

Je me disais que ceux qui avaient « réellement le droit de pleurer » étaient les membres des familles de nos chères célébrités disparues, car l’année précédente : 1986, fut une hécatombe pour notre patrimoine « populaire »…

Daniel Balavoine, mort le 14 janvier 1986

http://www.youtube.com/watch?v=6-IR_TVFihk

Coluche,  mort le 19 juin 1986…

Le plus sympa des des enfoirés, en plus !!!

http://www.youtube.com/watch?v=xnp-wM9kzM8&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=0F9zAkhJXv0&feature=related

Thierry le Luron, mort le 13 novembre 1986…

http://www.youtube.com/watch?v=8LVRCXcK7fY&feature=related

Triste année quand on y pense !

Pour se consoler, et après réconsiliations, il ne restait plus qu’à faire comme dans ce standard dont je ne donnerai la traduction qu’en présence de mes avocats…

http://www.youtube.com/watch?v=pfYU_xNAvNg&feature=related

 

A suivre…

12 Commentaires à “ Eighties : du fash-back comme s’il en pleuvait… (7ème partie) ” »

  1. canelle49 dit :

    Bonjour JJ,

    C’est vraiment une belle idée de mélanger ton histoire avec ces vidéos, bon ceci dit, je vois une fois de plus comme c’est difficile de faire entendre des mots à quelqu’un qui est enfermé dans la déprime, comme on peut se sentir bien inutile dans ces moments-là et pourtant on ne doit pas lâcher, il faut toujours se battre pour qq qu’on aime et qui se retrouve dans cet état qui n’est pas un état de maladie qui se soigne avec des médicaments, du moins je n’y crois pas, savoir écouter l’autre ferait peut-être plus de bien que de l’enfermer dans l’oubli grâce aux médicaments de toutes sortes, mais attention, cette maladie est parfois contagieuse, comment ne pas tomber avec l’autre ? Je n’ai pas de solution, qui en a, mais parfois il vaut peut-être mieux, comme tu le faisait, essayer de secouer la malade plutôt que de pleurer avec elle, après tout est question de personne, soit c’est la victoire, soit la défaite, la déprime est une maladie sournoise qui ne prévient pas et qui peut arriver même quand on a tout pour être heureux.

    Tu nous fait parteger de bien belle façon ton parcours de vie, bravo pour ce courage !

    Bisous, Helene

    Dernière publication sur air du temps : Un cri d'amour !

  2. Bonjour Canelle,

    Merci…

    J’ai la sensation que la dépression se nourrit des progrès technologiques !
    Comment expliquer qu’il y en ait de plus en plus ?

    Enfin bref…

    Bisous,

    Jean-Jacques.

  3. La souffrance silencieuse des gosses,au-delà de leurs jeux,que de questions dans toute cette innocence qui s’évanouit,nous leur devons de nous reprendre quand le doute nous envahit,quand l’étincelle de vie veut cesser de luire,nous leur devons un futur,nous avons fait naître leur passé,nous sommes responsables de leur présent,nous devons être cohérent,nourrir l’amour,le secouer,l’élever au-delà de toutes priorités,
    facile à dire certes et pourtant….
    Bonne soirée Jean-Jacques.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Ce que comprend l'animal

  4. canelle49 dit :

    Bonsoir JJ,

    ta question est très pertinente, pkoi il y a de plus en plus de dépressions de nos jours, je n’ai pas la science infuse, mais j’ai tout de même une théorie qui n’engage que moi, on ne sait plus écouter l’autre de nos jours, en plus on pense que le bonheur ne vient que de l’autre, par l’autre et surtout souvent par la richesse, j’ai en peu voyagé dans ce monde et j’ai découvert des peuples qui n’avaient pas notre vie, pas la chance de vivre dans une société comme la notre et souvent très pauvres, mais heureux, heureux du peu qu’ils avaient, serions-nous devenu des peuples qui en veulent de plus en plus pour être heureux ?

    Ta question fait réfléchir………

    Bisous, Helene

    Dernière publication sur air du temps : Un cri d'amour !

  5. bayelef dit :

    Coucou JJ
    Vois-tu si la depression augmente, c’est parceque les gens ne se parlent plus, n’osent plus parler des choses qui ont une réelle importance. Ils préfèrent parler de choses matérielles ou des peoples etc…. c’est plus rassurant que de se mettre en état de faiblesse en se dévoilant. La solitude des âmes et des coeurs vient de là. De cette incertitude par rapport à l’autre, par cette peur de ne pas être aimé, d’être abandonné. Peur d’être different et d’être rejetté. Incertitude en ce qui concerne l’avenir mais surtout perte ou rejet des valeurs qui ont de tous temps permis au monde d’avancer, les vraies notions d’amour, de compassion et d’écoute, en un mot l’égoisme matérialiste croissant de nos sociétés.
    Bisous
    brigitte

    Dernière publication sur l'esprit des anges 2 : L' Amour est le lien que Dieu nous tend..........

  6. Bonjour Chasseur d’images,

    C’est ce que j’ai essayé de faire, mais c’est effectivement pas facile…

    Amitiés,

    Jean-Jacques.

  7. Bonjour Canelle,

    Si le concept ne coûtait pas si cher pour un particulier lambda, il serait judicieux d’envoyer nos déprimés à l’autre bout du monde, comme dans l’émission de Frédéric Lopez, « Rendez-vous en terre inconnue »…

    Bisous,

    Jean-Jacques.

  8. Bonjour Bayelef,

    Merci pour cette analyse qui rejoint celle de Canelle et à laquelle j’adhère !

    Non seulement les gens ne se parlent plus, mais quand parfois ils le font, ils ne s’écoutent pas…

    Bisous,

    Jean-Jacques

  9. Cilou dit :

    COucou,
    Merci pour tes jolis cadeaux de ce jour! Encore et toujours Chopin…et Sinatra…Cela me touche et tu le sais! Je suis un peu débordée mais je ne t’oublie nullement! Je reviens t’écrire tout à l’heure un comm sur ce nouveau texte… A tout de suite! CIlou

  10. canelle49 dit :

    Bonjour JJ,

    Tu nous donne encore à réfléchir sur cette maladie du siècle, je crois que je vais en faire un texte, tu vois, je pique souvent par-ci par-là de l’inspiration, j’espère que tu ne m’en voudra pas de te vampiriser de cette manière (sourire) !

    Bisous JJ et merci de nous offrir de la musique et surtout ta plume que j’aime beaucoup!

    Helene

    Dernière publication sur air du temps : Un cri d'amour !

  11. Coucou cilou,

    Je t’ai répondu dans la 6ème partie…

    Bisous,
    Jiji.

  12. Bonjour Canelle,

    « Vampirise », je t’en prie !!!
    Je me sens honoré d’être source d’inspiration et d’être apprécié

    :P

    Bisous,

    Jean-Jacques.

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|