( 27 janvier, 2011 )

Eighties : du flash-back comme s’il en pleuvait… (3ème partie)

« Mais : qu’est-ce que c’est que ça ?!? »

Eighties : du flash-back comme s'il en pleuvait... (3ème partie) dans Chronique du temps qui passe...

http://www.youtube.com/watch?v=2jzJjCqL6wU

Ma chère et tendre ainsi que les deux chenapants faisaient de la gym devant la télé, alors que je me remettais difficilement de la soirée  »beauf » de la veille (le terme ne sera homologué que quelques années plus tard…) !!!

Marianne, avec un sourire coquin :

« C’est « gym-tonic » et on fait ça tous les dimanches matins avec les enfants… »

Moi, à peine réveillé, malgré que midi se rapproche du cadran :

« Ne me dites pas que vous aimez ces conneries !!! »

Elle :

« Ce que tu peux être vieux jeu, mon pauvre ami… »

Moi, résigné :

« Hum… Heu, tu n’aurais pas une aspirine qui traine quelquepart ? »

Car, effectivement, j’avais fait connaissance, la veille, de quelques couples de ses amis (il fallait bien présenter « la bête » !), dont les éléments mâles levaient assez bien le coude.

Dans leurs soirées, la « gym » en question était plutot celle-ci :

 dans Et mes souvenirs deviennent ce que les anciens en font.

Désolé pour l’exposition de certains liens graveleux qui figurent sur le côté de cette vidéo !

http://www.youtube.com/watch?v=45plcASqWkQ

Apparemment, j’avais réussi mon examen d’admission dans le cercle de ce qu’elle croyait être ses amis et sa belle famille.

Par contre, eux : ils avaient lamentablement échoué au mien, car nous ne faisions pas partie du même monde, dans le sens psychologique du terme, entendons-nous (je développerai mes argument plus tard afin de laisser place à la contradiction) !

J’étais plus à l’aise avec les enfants qui n’avaient pas encore été contaminés par le côté pathétique de certains  »adultes », ces mêmes qui ne l’étaient pas vraiment, faute d’avoir eu effectivement une jeunesse et d’en avoir profité…

Majeur, je l’étais.

Adulte, j’en avais acquis le statut.

Mais mon coeur, lui, n’avait jamais renié celui de son enfance !

 dans Saga familiale

http://www.youtube.com/watch?v=SA8c3IaPqeA

D’ailleurs, si les adultes se souvenaient un peu de leur enfance, ils méditeraient cette pensée de Sacha guitry : « Pourquoi les maîtres sont-t-ils si méchants ? Ne se souviennent-ils pas qu’ils ont été enfants eux-mêmes ?!? »

(Si j’ai bonne mémoire)

Lors que nous avions des invités, il y avait donc deux clans :

eux :

et nous :

Parceque, si j’étais intraitable sur quelques points d’éducation, je savais être assez souple pour écouter les doutes et la détresse d’un être en devenir, et lui tendre la main au lieu de lui foutre sur la gueule !

J’avais, toute modestie mise à part, le don de les faire rire, et je trouvais ça très important.

C’est à cette époque que j’acquis la conviction que pour être « parent », il serait souhaitable d’en être digne, donc : qu’il faudrait presque passer un examen d’aptitude…

Mais : qu’est-ce que je n’avais pas dit là, dans une de ces soirées mémorables où les femmes qui se prétendaient « libérées » me sont tombée dessus !!!

Et en plus, il y avait cette chanson qui me hérissait le poil, qui passait sur une des stations FM « libres » !

http://www.youtube.com/watch?v=YHRTSljHQlQ

Je me faisais traiter limite de facho, parceque j’avais juste suggéré qu’il valait mieux s’abstenir de concevoir un enfant, s’il est impossible aux parents de l’assumer et donc, par le fait, de faire de sa vie un enfer…

Je n’avais pas enfanté, j’étais un homme (encerclé par ce troupeau de « castratrices ») qui n’avait qu’un seul droit à leurs yeux : celui de fermer sa gueule !

Alors que ma chère et tendre me fusillait du regard, je cru bon de conclure avec un large sourire  :

« Mesdames, ce que j’admire en vous, c’est que vous avez le courage d’être vous-mêmes,

avec tout ce que cela comporte de ridicule… »

Je rejoignis les conjoints qui fumaient sur le balcon, sous le regard assassin de mes interlocutrices, sachant pertinemment que j’allais subir une scène de ménage jusqu’à trois heures du matin : le prix à payer pour revendiquer ma liberté d’expression !

J’en rajoutai même une couche en leur disant :

« Moi : je ne les ai subies qu’une soirée mais vous, c’est tout le temps… Pfff !!! »

Ils se contentèrent de sourire.

Quand tout le monde fut parti, j’eus droit à ma scène de ménage, mais celle-ci ne dura que jusqu’à deux heures du matin : c’était toujours ça de gagné sur ma nuit de sommeil, car un autre défit m’attendait le lendemain…

Nous allions passer le dimanche chez « Belle-Maman », que nous appelerons Paulette :

http://www.youtube.com/watch?v=Uy1DsWNOWdc&feature=related

Faut vous dire M’sieurs-Dames que chez ces gens-là, les dimanches, c’était ça :

On admirera au passage la formidable interprétation du chanteur :

Pascal Aubry

http://www.youtube.com/watch?v=-9wMCYYeNjM

L’envie de se tirer loin… TRES loin !!!

Mais ça c’est une autre histoire que je vais vous narrer :

celle du passé douloureux de Marianne…

A suivre…

8 Commentaires à “ Eighties : du flash-back comme s’il en pleuvait… (3ème partie) ” »

  1. Comme les vies se ressemblent,combien de tes contemporains se rejoignent à tes mots.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : L'espérance

  2. CILOU dit :

    COucou,
    Je viens de lire ton texte! J’aime cette franchise avec laquelle tu t’exprimes. J’ose espérer que ton avis sur les femmes a quelque peu évolué! TU sais, il y en a de très chouettes avec lesquelles on peut tout partager!
    Quand le coeur bat pour une jolie dame, sachant que personne ne vit sur une ile déserte, il faut accepter le « package » qui l’accompagne….les amis, la famille…Ce n’est pas toujours facile en effet mais avec le temps, certains s’éloignent et on arrive à se préserver.
    J’ai été très émue par ton commentaire chez moi! Je veux bien en parler mais en message privé s’il te plait!
    VOilà, j’ai encore aimé te lire ce jour…je t’ai trouvé plus à l’aise dans l’analyse de la situation! TU as réaffirmé tes idées…oui, chouette! Vraiment!
    Bise, CIlou

    Dernière publication sur Plius : Le vent a tourné

  3. Merci Chasseur d’Images,

    Amitiés,

    Jean-Jacques.

  4. Bonsoir Cilou,

    Artung !!!

    Je décrivais une « joute verbale » qui m’opposait à un groupe de femmes, mais je précise que ces femmes-là n’étaient pas « les femmes », donc :

    j’avais déjà, en 1983/84, une haute opinion de LA FEMME, que ces péronnelles n’incarnaient pas, d’où mon désir de leur rentrer dans le lard, tandis que leur conjoints (en deux mots, parfois !) fuyaient toute contradiction, juste pour avoir la paix !!!

    Pour mon commentaire, on en reparlera effectivement en privé : ça concernera la fin des années 90, mais chuuuuut !!!

    Bisous,

    Jean-Jacques.

  5. CILOU dit :

    Coucou,
    T’ai envoyé un mail! Bon, je vais faire un peu d’aérobic (1981 entrée dans le dictionnaire!)
    A demain, Cilou

    Dernière publication sur Plius : Le vent a tourné

  6. CILOU dit :

    Suis soulagée…il ne s’agissait là que de joute verbale! N’empêche que, quand tu n’apprécies pas, je pense qu’il ne faut pas trop se frotter à toi!!! Toujours un parler franc et direct! J’apprécie!
    Bise, CIlou

    Dernière publication sur Plius : Le vent a tourné

  7. jcn54 dit :

    Que de souvenirs me reviennent en tête vace ton article!
    Bonne journée JJ.
    JC

    Dernière publication sur Jean Claude's news : Un ange parmi les anges

  8. Salut JC,

    Bonne soirée,

    Jean-Jacques.

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|