( 1 octobre, 2010 )

DOCTEUR CURTIS ET MISTER WILDE…

DOCTEUR CURTIS ET MISTER WILDE... dans Chronique du temps qui passe...

http://www.youtube.com/watch?v=FGkLr854rG4

Connu pour ses rôles dans Certains l’aiment chaud ou Amicalement vôtre, l’acteur américain a succombé à un arrêt du coeur chez lui mercredi soir (le 29 septembre 2010), à l’âge de 85 ans.

 dans Chronique du temps qui passe...

Ho ! Sa vie fut bien remplie, mais il ne faut pas croire que son histoire fut si simple que ça : ce ne fut pas un « long fleuve tranquille »…

 

Bernard Schwartz était son nom.

Il naquit le 3 juin 1925 dans le Bronx, à New-york.

Fils d’imigrés juifs hongrois, il vivait dans la misère, dans la boutique de tailleur de son père, en compagnie des ses deux frères Julius et Robert.

Sa mère étant schizophrène, Tony (Bernard) fut maltraité et battu.

Son plus jeune frère, Robert, fut placé en institution psychiatrique…

Alors que Tony n’avait que treize ans, il voit son frère Julius dont il était très proche, se faire heurter mortellement par un camion.

Dès lors, commence l’engrenage qui le mènera de la rue aux centres de redressement.

Mais tout n’est pas négatif dans le parcours de cette vie qui commençait si mal, car c’est à cette occasion qu’il découvre le théâtre et le cinéma… Et qu’il a le déclic :

Une vocation était née !

A l’âge de 16 ans, Il s’engage dans l’U.S. Navy entre 1942 et 1945.

Le 2 septembre 1945, il assiste à la capitulation du Japon dans la Baie deTokyo…

Il lui sera attribué ensuite une bourse qui lui permet d’entrer dans un cours d’art dramatique à New-York.

Il se fit appeler, dans un premier temps, Antony Curtis… Puis : Tony Curtis.

Il dû changer de nom en raison de l’antisémitisme qui existait à l’époque.

Alors qu’il joue la pièce « Golden Boy », il est repéré par un agent d’ »Universal ».

Ce sera le tremplin qui le propulsera vers les étoiles, jusqu’à devenir la star que tout le monde connaît !

Dans ce parcours fait de gloire, il n’oubliera jamais son enfance et avouera avoir tourné

 

« L’étrangleur de boston » en 1968, comme pour en chasser les démons.

Alors que, débutant, il ne tournait que des séries B, s’intéressant beaucoup plus à l’argent et aux filles (Heu… Il a pas été le seul !), c’est aux côtés de James stewart qu’il obtient son premier grand rôle dans…

Eddy : tu ne m’avais pas dit que tu venais à cette dernière séance !!!

Installe-toi, ami…

Heu… Où j’en étais, moi ?

Oui !

Tony sortit du rang grâce au film

« Winchester 73″ (1950) !

C’est en 1951 que Tony rencontre Janet Leigh,

Mr aimait déjà les oeuvres d’art !!!

Dont il aura deux enfants :

220px-Janet_Leigh_and_daughters_May_1979 

Kelly Curtis

Jamie Lee Curtis lors des Emmy Awards en 1989.

Jaimie Lee Curtis

Il restera 11 ans avec elle et se mariera au total six fois (J’te dis pas les pensions alimentaires !!!).

Comme s’il était écrit que la malédiction devait le suivre toute sa vie, en 1994, il fit le deuil de son fils Nicholas, victime d’une overdose…

 

Entre deux bonheurs, sa vie ne fit qu’alterner entre dépressions et drogue !

Quelques films de références ?

Le grand chantage (1957)

avec Burt Lancaster 

Les vickings (1958)

 

avec Kirk Douglass, qui fut tellement satisfait de la prestation de Tony, qu’il le fit engager dans :

Spartacus (1961)

Jeune homme, on l’engagea dans un premier temps surtout pour son physique,

Tony curtis dans « Trapèze » (1958)

mais très vite son charisme s’imposa, tant dans le registre dramatique qu’humoristique.

Il incarnait le « beau mâle séducteur ».

Quel paradoxe de lui proposer de jouer le rôle d’un homme qui se travesti, dans « Certains l’aiment chaud » (1959) aux côtés de Jack Lemmon et…

Marilyn !!!

[Anecdote : Frank Sinatra fut pressenti pour le rôle, mais il refusa car il était inconcevable pour ce fils de siciliens de se déguiser en femme !

J’avoue en voyant sa photo que je j’ai moi-même du mal à imaginer « The Voice » travesti…]

Si le film connut un succès monumental, le tournage fut en revanche un véritable enfer pour les comédiens et toute l’équipe, obligés de subir les caprices de « la diva ». Cela ne transparait pas dans le fim, et puis : notre bon Tony eu quand-même quelques « compensations récréatives », notamment

pendant les scènes de baisers…

Norma Jeane Mortenson (véritable identité de Marilyn) mettra fin à sa vie (version officielle) le 5 août 1962.

Jack Lemmon fut emporté par un cancer en 2001.

Je ne peux terminer cet hommage sans évoquer cette série culte qui restera à jamais dans ma mémoire d’enfant :

 

« Amicalement vôtre » !!!

Fallait-il une où deux olives dans le croéole crème ?

Telle est la question « existentielle » qui déclancha la première grande bagarre entre les deux héros, après qu’ils aient transformé la croisette en une piste de formule 1…

S’en suivent 23 autres épisodes où Tony Curtis et Roger Moore se donnent la réplique, dans des décors de rêves avec la plus grande insouciance, cigarette et verre à la main, assumant pleinement leur statut de « macho » des seventies.

Et n’oublions pas la voix française incontournable : celle de Michel Roux (1929-2007),

dont la ressemblence avec Tony Curtis est de plus en plus marquante, vers la fin de leurs vies respectives !

Vous ne trouvez-pas ?…

Les fans de cette série (dont je suis !) durent se contenter de 24 épisodes, alors que Therry Thomas (1911-1990)

 

(« Big Moustaches » à droite dans « La Grande Vadrouille » De Gérard Oury) avait rejoint le tandem pour clôturer la « saison 1″.

J’ai été déçu d’apprendre que Tony Curtis et Roger Moore ne s’entendaient pas plus que ça pendant le tournage, contrairement aux deux personnages qu’ils incarnaient.

Lorsqu’on proposa à Roger Moore de devenir le nouveau James Bond, il ne passa pas auprès de cette opportunité, et il n’y eu jamais de saison deux à « Amicalement vôtre ».

Cette série avait vu le jour suite au dernier épisode du« Saint ».

 En effet, les scénaristes trouvaient que la série s’épuisait et voulaient attribuer un coéquipier américain  au très britanique 

Simon Templar…

Tony curtis termina sa vie en se consacrant à la photo et la peinture, victime d’une première alerte en 2006, mais la mort dû attendre encore quatre ans avant d’emporter le dernier monstre sacré d’Hollywood.

Adieu l’artiste…

3 Commentaires à “ DOCTEUR CURTIS ET MISTER WILDE… ” »

  1. franck77 dit :

    salut Jiji
    .
    c’est beau tout plein!
    .
    à pluche pour la suite

  2. Ave Ô vénérable Franck 77…

    Ce compliment, c’est ma consécration !!!

    Pour la suite, je m’y colle dès que possible, car ça prend du temps, mine de rien…

    A peluche, monseigneur !…

  3. Cilou dit :

    Quel Hommage une fois encore! J’avais manqué cet article! Je l’ai adoré dans amicalement votre, c’était de mon âge!Je détestais Roger Moore, beaucoup trop précieux à mon gout(je ne l’ai d’ailleurs pas aimé dans James Bond non plus!) EN fait, je trouvais Tony Curtis drôle à souhait! C’est en voyant trapèze que j’ai été conquise!
    Je pense avoir vu presque tous ses films. Il n’y a pas très longtemps mon fils Paul et moi avons même revu Viking.
    Je l’ai vu aussi sur canal plus au grand journal lors de sa dernière apparition. Il parlait de chevaux et de peinture (adepte depuis 1980)! Il y a des artistes qui ne laissent pas indifférents et Tony Curtis fait partie pour moi de ceux-là! merci très cher!

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|